Cors, callosités et durillons

Qu’est-ce qu’un cor ?

Vous avez des cors au pied ? En êtes-vous sûr(e) ? Un cor est un épaississement localisé de la peau (hyperkératose) causé par des frottements répétés dans la chaussure ou une pression excessive sur les os du pied pendant la marche.

Pour se protéger, l’épiderme (1) produit en excès des cellules riches en kératine qui migrent vers la surface en vieillissant. L’organisme peine à les éliminer, ce qui se traduit par un épaississement cutané.

La pression continue exercée sur le pied compresse cette couche dure de peau morte qui prend alors la forme d’un cône et s’enfonce dans la peau (2). Lorsque l’extrémité du cône atteint les terminaisons nerveuses (3), le cor devient douloureux.

COUPE DE L’ÉPIDERME

On distingue deux types de cors :

Les cors durs
Les cors durs sont les plus répandus. Ils apparaissent souvent sur le dessus des orteils ou sur le côté extérieur du petit orteil, zone souvent soumise aux frictions dans les chaussures. Ils peuvent entraîner des douleurs gênantes durant la marche.

Les cors mous
Les cors mous se forment généralement entre les 4e et 5e orteils, par paire. Souvent, ces cors ont une bordure rouge, voire enflammée, et leur centre comporte un point noir (d’où leur nom d’œil-de perdrix). Les cors mous peuvent s’infecter.

Les callosités et durillons

Callosités
Les callosités sont des zones de peau épaissie plus étendues que les cors, se formant dans les zones de pression généralement sous les côtés du pied (plante du pied, talon…) ou au niveau de la jonction des orteils. Elles peuvent devenir douloureuses lorsque la peau se fissure et forme des crevasses.

Durillons
Les durillons sont des callosités dures mais peu étendues. Ils se trouvent souvent sous le pied, juste derrière les orteils, là où les os entrent en contact avec le sol.

Les facteurs de risque des cors, callosités et durillons

Les deux principales causes de la formation de cors, callosités ou durillons sont :

  • Le port de chaussures peu adaptées, trop serrées ou trop hautes qui favorisent les frottements.
  • Une déformation osseuse qui blesse la peau du pied lors de la marche.

Certaines personnes sont plus sujettes à développer ce type de blessure :

  • Les sportifs qui sollicitent les pieds de manière répétée.
  • Les personnes âgées dont la peau est plus fine et fragile.
  • Les femmes qui portent régulièrement des chaussures étroites et à talons hauts.
  • Les personnes atteintes d’une déformation du pied, tels qu’un hallux valgus ou des griffes d’orteils.

Cors, callosités et durillons, comment les traiter ?

Les cors, callosités et durillons sont souvent bénins. Il est cependant vivement conseillé de les traiter dès leur apparition pour ne pas voir le phénomène s’aggraver et devenir douloureux.

Pour les traiter, vous pouvez poncer doucement la zone durcie, avec une pierre-ponce ou une lime. Ce soin sera plus facile après avoir fait un bain de pied dans de l’eau chaude pour ramollir la peau. L’application d’une crème hydratante est également conseillée pour aider l’épiderme à se réparer plus rapidement. Renouvelez ces soins jusqu’à élimination de la couche de peau en excès.

En attendant que la peau soit réparée, il est possible de porter des pansements adaptés aux cors, callosités et durillons pour éviter les nouveaux frottements et l’aggravation de la lésion.

Cors, callosités et durillons, quand consulter ?

Si malgré les premiers soins, la lésion persiste, une consultation chez votre médecin traitant ou un pédicure-podologue, peut s’avérer nécessaire. Ce dernier procédera à son ablation. Dans tous les cas, une consultation est nécessaire si :

  • Vous souffrez de diabète.
  • Les cors, callosités et durillons sont devenus rouges et très douloureux.
  • Vous avez plus de 75 ans et il vous est difficile de pratiquer les soins vous-même.