Skip to main content

La grossesse n’est pas une maladie, pour autant cet état inédit s’accompagne de douleurs variables d’une femme à l’autre au cours de sa maternité. Si les maux, petits ou grands, apparaissent minimes par rapport à̀ l’événement qui s’annonce, ils peuvent néanmoins être gênants et surtout différents à chaque trimestre.

Nausées le premier mois ? Pesanteurs dans le bas-ventre ? Douleurs abdominales ? Au dernier terme, votre corps vous encombre, pèse sur vos jambes ou tire du côté des lombaires ? Pas de panique, des solutions existent pour vous aider. Les moyens et dispositifs ciblés ne manquent pas pour vous soulager.

1er TRIMESTRE

Prenez en main votre grossesse !

Au premier trimestre, personne ne voit que vous êtes enceinte, mais vous, vous savez que le grand bouleversement intérieur a commencé. Il s’exprime par des symptômes révélateurs. Ce ne sont pas à proprement parler des maladies, plutôt des manifestations sans gravité et en général réversibles.

« Mieux vaut prévenir que guérir ». Si vous connaissez déjà vos points faibles : lombaires fragiles, pieds sensibles, etc., optez pour les bons accessoires orthopédiques qui soulagent la douleur comme : une ceinture de grossesse, ou des semelles. Il vous faudra également adapter votre mode de vie et soigner vos postures.

Pratiquez une activité physique dite « douce  » (marche, natation, gymnastique, yoga…) et non à risque de chute ou de traumatisme. C’est un excellent moyen de rester zen, de veiller sur son poids, son transit intestinal, sa circulation sanguine, sa souplesse, de contrôler sa respiration… et de préparer son corps à l’accouchement.

5 conseils pour se sentir mieux

Pictogrammes d’un croissant, d’une pomme et d’un gobelet

Mangez.

Dès le réveil, n’attendez pas pour prendre votre petit-déjeuner. Entre les repas, prévoyez des collations, les nausées sont accentuées par le fait d’être à jeun.

Pictogramme d’une tasse de thé et d'un grand verre d'eau

Hydratez-vous.

Si vous n’avez pas faim, buvez un verre d’eau, un jus de citron ou une infusion de gingembre.

Pictogramme d’une paire de ballerines

Evitez les talons.

Rangez vos chaussures à talon haut, préférez une paire plus confortable, bien adaptée à la marche quotidienne et glissez-y une paire de semelles de confort pour mieux supporter l’inconfort liée à la station debout prolongée.

Pictogramme d’une échelle de piscine - orliman maternity

Nagez.

Inscrivez-vous aux séances d’aquagym prénatale proposées dès les premiers mois de grossesse.

Pictogramme d’un canapé

Bullez.

Après les efforts, apprenez à vous détendre, à « buller » !

2e TRIMESTRE

Premières pirouettes et petites douleurs

Pendant ce deuxième trimestre, bébé prend ses aises et commence ses galipettes. Côté pile, rien ne transparaît ; côté face, votre ventre s’arrondit. C’est ainsi que les petits soucis peuvent commencer…

Les douleurs pelviennes : La symphyse pubienne est un ligament qui relie les deux os du bassin. Elle s’écarte de quelques millimètres au cours des mois de grossesse et se trouve évidemment très sollicitée. Certaines femmes enceintes déclarent une inflammation de la symphyse pubienne, d’où ces douleurs bizarres dans le bassin.

Focus sur les mouvements lombaires

POSITION NATURELLE
Hors grossesse et jusqu’au premier trimestre, la colonne vertébrale est dans sa position naturelle, le centre de gravité est aligné dans son axe.

2e TRIMESTRE
L’augmentation du volume ventral engendre le déplacement du centre de gravité vers l’avant. Vous éprouvez des difficultés à garder votre équilibre, les premières fatigues musculaires lombaires apparaissent.

3e TRIMESTRE
La colonne vertébrale se déforme pour compenser ce poids excessif sur l’avant du corps et réaligner le centre de gravité. L’équilibre est restauré mais les douleurs lombaires s’accentuent.

Légende : G = centre de gravité actuel. O = centre de gravité d’origine

Comment soulager vos douleurs ?

Traitez vos douleurs au plus tôt pour qu’elles ne s’installent pas pour toute la grossesse. Exit les antalgiques, mieux vaut privilégier les méthodes douces pour soulager les douleurs. D’abord, dormez sur le côté (évitez le dos) avec un coussin d’allaitement entre les jambes pour soutenir le genou relevé.

orliman maternity - famille heureuse avec bébé regardant ventre de maman avec une ceinture lombaire

Porter une ceinture de soutien lombaire est un moyen très efficace de soulager la lombalgie dans la journée. Cette solution orthopédique offre également une alternative naturelle aux problèmes de dos en transférant le poids du bébé sur les hanches, permettant de recentrer le centre de gravité et restaurer l’équilibre.

Peu large sur la partie avant, elle ne compresse pas le ventre, et offre un effet antalgique efficace. Les ceintures de maintien lombaire sont ajustables avec des scratchs sur les côtés pour faciliter le réglage du serrage. Leur élasticité leur permet de s’adapter à toutes les morphologies des futures mamans pour soulager leurs douleurs de dos.

Quant à la bande pelvienne, elle permet de soulager les douleurs d’hyperlaxité ligamentaire dans les zones pelvienne et abdominale ; elle soulage également la sciatique. Vous pourrez d’ailleurs l’utiliser après l’accouchement pour renforcer votre périnée.

3e TRIMESTRE

Dernière ligne droite… mais au ralenti

Au cours des trois derniers mois, votre bébé puise largement dans vos réserves et votre fatigue grandit. Sa courbe de poids s’envole, comme la vôtre mais ce surpoids passager pèse sur vos jambes et vos pieds qui vous font souffrir. Il existe plusieurs raisons à ces douleurs :

  • Une aponévrosite ou une talalgie plantaire : la première est une inflammation ou une lésion de l’aponévrose, une membrane fibreuse élastique qui siège sous le pied. La douleur ressemble à celle d’une tendinite lorsqu’on pose le pied par terre le matin. La talalgie est une inflammation du fascia plantaire qui relie l’os du talon aux phalanges.
  • L’affaissement de la voûte plantaire : la relaxine qui détend tissus, ligaments, tendons et votre poids accru, agissent de concert sur la voûte qui s’étire et peut générer une talalgie ou aponévrosite. Il est courant que le pied s’élargisse ou s’allonge de quelques millimètres au cours de la grossesse.
  • L’insuffisance veineuse : un retour veineux défectueux s’installe lorsque les vaisseaux n’ont plus la capacité de se rétracter. Le drainage est moins efficace et entraîne de l’œdème des jambes. Quant aux varices (dilatation des parois veineuses) dues à la paresse des valvules, vous n’y échapperez pas si vous avez une tendance à l’insuffisance veineuse.

Arriver en forme à la maternité ? Quelques conseils…

orliman maternity - femme enceinte assise faisant sa liste de maternité

Dernière ligne droite ! Il est important de conserver une bonne hygiène de vie. Afin de ménager votre dos, surveillez votre prise de poids, gardez une alimentation saine. Si votre état de santé le permet, faites des exercices sans vous épuiser, gymnastique douce, étirements lombaires ou mouvements du bassin… Dans l’eau c’est idéal, votre ventre pèsera moins lourd.

Varices ? jambes lourdes ? Optez pour des collants de contention dès l’apparition des symptômes pour faciliter la circulation. L’effet de compression des bas de contention va réduire le gonflement. Ne croisez plus les jambes, surélevez le pied du lit et pensez à vous coucher sur le côté gauche pour faciliter la circulation veineuse. Passez un jet d’eau fraîche sur vos chevilles peut aussi être un moyen efficace d’améliorer la circulation et de soulager vos jambes fatiguées.

En associant compression préventive et postures adaptées, vous devriez retrouver une sensation de jambes plus légères.

Pour diminuer fatigue et insomnie : appliquez les règles du bien dormir (chambre à 19° maxi, pas d’activité excitante le soir, etc.). Et rechargez vos batteries en fractionnant vos repas, mangez moins mais plus souvent pour ne jamais être en manque. N’oubliez pas que l’acupuncture, l’homéopathie, la phytothérapie sont efficaces et sans effets délétères pour le bébé.

APRÈS LA NAISSANCE

Soyez à l’écoute de votre corps

Les suites de couche peuvent parfois être douloureuses, surtout en position assise : comptez un mois pour la cicatrisation d’une épisiotomie (incision du périnée), mais quelques jours pour que l’appareil génital externe retrouve sa dimension habituelle.

Le relâchement du périnée n’a rien d’exceptionnel puisqu’il a été mis à rude épreuve pendant neuf mois et durant l’accouchement. Cette superposition de douze muscles, qui tapissent le fond de votre bassin, fait le lien entre sacrum, coccyx, pubis et soutient l’utérus, la vessie, l’anus, d’où son appellation de plancher pelvien. Pendant la grossesse, il s’assouplit pour faciliter la venue de bébé et se distend lors de son passage.

Sa rééducation s’avère nécessaire pour ne pas connaître de déconvenues quelques mois plus tard : perte de tonicité pendant les rapports sexuels, fuites urinaires involontaires, prolapsus génital…

Comment remuscler votre corps ?

À la fonte musculaire, deux remèdes : se protéger d’abord, remuscler ensuite. Lorsque vous nourrissez bébé, au sein ou au biberon, préservez votre dos qui a perdu sa tonicité, grâce à la ceinture de soutien lombaire que vous avez portée durant la grossesse. Installez-vous avec un coussin d’allaitement pour ces moments privilégiés. Si vous avez souffert de douleurs pelviennes, ou si un diastasis a été diagnostiqué, continuez à porter votre ceinture de soutien abdominal ou votre bande pelvienne après l’accouchement.

Reprenez vos activités sportives en douceur

orliman maternity - femme prenant son tour de taille au mètre ruban

Prenez aussi quelques minutes par jour dès votre sortie de maternité, si vous le pouvez, pour commencer seule à tonifier votre périnée afin de vous éviter des douleurs dans le bas-ventre. Renforcez aussi vos muscles du bas du dos pour soulager vos lombaires. Enfin, reprenez vos activités sportives en douceur : marche, natation, Pilates, yoga, gym douce sont conseillées pour retrouver votre ligne.

Découvrez l’intégralité des articles et bien plus encore
dans L’Orlimag #4 Numéro spécial maternité !

Téléchargez l'Orlimag #4

Sources

Avec la participation de Evelyne FOSSEY-MIGNOT – journaliste santé et forme et Dominique THIBAUD, journaliste.

Accueil > > La maternité