La névralgie sciatique, également appelée sciatalgie ou plus communément sciatique, est un pincement ou une irritation d’un nerf sciatique au contact des vertèbres.

Les nerfs sciatiques sont issus du bas de la colonne vertébrale et descendent dans les fesses, puis à l’arrière des jambes et jusqu’au bout des pieds. Ce sont les nerfs les plus volumineux de l’organisme. La douleur vive atteint principalement la fesse et la cuisse et s’étend souvent jusqu’au pied.

La douleur ne touche généralement qu’un seul côté du corps. Elle peut provoquer une perte de tonus dans la jambe et des difficultés lors de la marche. Les symptômes se résorbent généralement avant 4 semaines. Elle tend cependant à réapparaître si rien n’est fait pour la prévenir.

La sciatique chez la femme enceinte

Lors de la grossesse, le corps subit des modifications physiologiques et mécaniques importantes. La posture s’adapte tout au long des 9 mois, pouvant provoquer des douleurs au niveau du nerf sciatique. Chez la femme enceinte, il ne s’agira pas d’une vraie sciatique mais plutôt de douleurs sciatalgiques (irritation du nerf).

Les facteurs de risque de la sciatique

Il existe de nombreux facteurs déclencheurs d’une sciatique. Ils peuvent être :

  • Musculaires.
  • Psychologiques ou psychosomatiques.
  • Liés à l’état de grossesse.
  • Liés au mode de vie : l’alimentation ou le tabagisme.
  • Liés à une maladie comme la tumeur, le diabète, une infection, l’arthrose.
  • Du stress : le corps répond au stress en crispant ses muscles.
  • Des prédispositions familiales.
  • L’obésité.
  • Des facteurs posturaux : certains métiers ou activités exercent une force trop importante sur les disques lombaires :
    > Le travail dans le bâtiment.
    > Le travail au jardin ou dans les travaux publics.
    > Les travaux de déménagement.
    > Le travail sédentaire face à un écran.

Les symptômes de la sciatique

Il existe trois différents types de sciatiques selon la vertèbre concernée :

  • La cruralgie (dans ce cas, le nerf crural est pincé). La douleur se situe se situe au niveau de la face antérieure de la cuisse et continue sur la face intérieure de la jambe.
  • La sciatique (dans ce cas le nerf sciatique est pincé) la sciatique débute au niveau de la vertèbre lombaire L5. Dans ce cas la douleur est ressentie sur la face externe de la fesse, de la cuisse, de la jambe et au niveau de la cheville. Elle poursuit au-dessus du pied et rejoint le gros orteil.
  • La sciatique S1 : cette sciatique débute au niveau de la première vertèbre sacrée S1. La douleur est ressentie sur la face postérieure de la fesse, de la cuisse, de la jambe et sous la plante du pied.

Les traitements possibles de la sciatique

Comme souvent, un mode de vie sain est la première clé :

  • Mettre du chaud sur les muscles lombaires pour les détendre, et mettre du froid lors des phases d’inflammation pour réduire la perception de la douleur.
  • Pratiquer une activité physique pour étirer et muscler le dos : natation, yoga, pilates… mais aussi tous les mouvements de la vie quotidienne, sans forcer, peuvent être pratiqués et sont bénéfiques.
  • Réaliser des étirements du dos et des jambes.
  • Surveiller son poids et son alimentation.
  • Veiller à sa posture de travail.
  • Garder à l’esprit que le véritable ennemi du dos, c’est l’inactivité.

Le traitement médicamenteux :

  • Pour réduire la douleur, le médecin traitant pourra selon le cas, prescrire des anti-inflammatoires ou des antalgiques. L’objectif est de limiter ou de supprimer la douleur pour maintenir une activité et rester en mouvement. Si la douleur persiste, il faudra reconsulter pour adapter le traitement.

La physiothérapie et les manipulations :

  • Le médecin traitant peut prescrire des massages ou des séances de kinésithérapie. Le kinésithérapeute peut conseiller à son patient des exercices destinés à détendre ses muscles, remuscler son dos et ses abdominaux. Il lui indique les bonnes positions pour soulever une charge, se pencher, monter et descendre d’une voiture, faire le ménage etc.
    Il peut aussi orienter vers un acupuncteur pour réduire les points de tension.

Le port de ceintures lombaires ou de corsets
La ceinture lombaire va soutenir le bas de la colonne vertébrale et reposer les muscles. Elle devient particulièrement utile :

  • Lors de la phase aiguë et douloureuse de la lombalgie. La ceinture lombaire va diminuer la pression sur les disques et la contrainte exercée sur les vertèbres.
  • En préventif, la ceinture sera utilisée lors d’activités ou de loisirs qui sollicitent particulièrement le bas du dos (jardinage, bricolage, conduite, port de charges lourdes…) pour éviter une sur-sollicitation des muscles et éviter les faux-mouvements.
  • Lors de la reprise d’activité, la ceinture va jouer un rôle psychologique important. Avec une ceinture, le lombalgique va se sentir davantage en sécurité dans ses mouvements.
  • Lors de la grossesse, la ceinture de maternité permet de transférer le poids du bébé sur les membres inférieurs sans bloquer le dos ni gêner la position du bébé.
Femme avec une ceinture lombaire

Comment agit-elle ?

La ceinture lombaire va soutenir et corriger la courbure de la colonne vertébrale. Elle stabilise la zone en souffrance en renforçant le verrouillage vertébral par une posture correcte. La ceinture lombaire soulage les maux de dos rapidement et de manière naturelle.

Si elle ne s’utilise pas en continu, elle est réutilisable en prévention, en cas de rechute ou de soutien dans les efforts physiques particuliers.

Comment prévenir la récidive de la sciatique ?

Il est toujours préférable de prévenir que guérir ! Quelques bonnes habitudes à intégrer à son mode de vie :

  • Surveiller son alimentation et son poids.
  • Pratiquer une activité physique par exemple, la danse de salon, le tai-chi, le yoga, la natation…
  • Veiller à sa posture pour économiser son dos dans les activités pratiquées au quotidien :
    > Pour ramasser un objet, privilégier la fente avant (faire un pas en avant avec le pied gauche, plus fléchir les deux jambes jusqu’à ce que le genou droit vienne pratiquement toucher le sol. Se redresser en poussant sur le pied gauche, et ramener les pieds parallèles pour revenir en position de départ).
    > Pour travailler devant un écran : privilégier le siège pivotant, veiller à bien reposer son dos sur le dossier de la chaise, la hauteur du siège doit permettre aux avant-bras de former un angle droit. Poser les pieds sur le sol ou sur un repose-pieds. Se lever au moins une fois toutes les heures pour effectuer quelques pas ou quelques étirements.
    > Pour le travail en position debout : surélever un pied ou le poser sur un repose pied, en changeant de jambe toutes les demi-heures par exemple.
    > Pour enfiler ses vêtements : privilégier la position assise.
    > Pour les activités de jardinage : s’agenouiller plutôt que travailler courbé.

Pensez à télécharger Mon dos & moi , notre application mobile qui vous aide à lutter contre le mal de dos !

EN SAVOIR PLUS